20 juin 2017   |    

Vers une démocratisation de la vidéo à 360°…

Longtemps réservées au secteur du gaming, les vidéos à 360° s’imposent aujourd’hui dans le domaine de l’information et de la communication. Elles permettent de créer un univers et de raconter une histoire, dans un format interactif et immersif. Les spectateurs ne sont plus passifs derrière un écran : ils deviennent acteurs.

En mars dernier, Samsung a diffusé son clip publicitaire pour le lancement de son nouveau casque Gear VR. La star principale ? Une autruche – qui vole-.  La publicité fait sourire mais le message est fort et impactant. « We make what can’t be made, so you can do what can’t be done ». La réalité virtuelle c’est aller au-delà du champ des possibles, réaliser l’exploit, vivre l’impensable. Les annonceurs se sont emparés de ce nouveau format pour engager le public et susciter l’émotion. Les vidéos à 360° offrent de nombreuses possibilités créatives. Elles peuvent être perçues comme un jeu, où le consommateur découvre au fur et à mesure les facettes de l’entreprise, ses produits ou ses services. La vidéo peut être en outre doublée d’une couche interactive, décuplant l’expérience à travers des contenus additionnels permettant de favoriser l’acte d’achat… Le ROI devient ainsi mesurable.

Découvrez les vidéos des marques…

Avec l’immersion à 360°,  Coca-Cola propose de visiter son usine, Audi ou  Mercedes de tester leurs véhicules, Ikea de concevoir sa cuisine idéale. Les marques jouent donc la carte de la transparence en fixant leurs univers et en revendiquant leurs valeurs. La réalité virtuelle offre également de nombreuses opportunités aux secteurs de l’immobilier et de l’hôtellerie (visites d’appartements Stéphane Plaza, immersion dans les complexes de vacances Club-Med, ascension du Mont Blanc, traversée en highline des sites naturels). C’est une bonne manière d’attirer de nouveaux clients ou de reconquérir les anciens. Toutes ces vidéos sont directement visionnables sur YouTube ou Facebook. Le port du casque VR est loin d’être obligatoire pour vivre l’expérience… 

Informer différemment…

La réalité virtuelle a également conquis les médias, en France comme à l’étranger : TF1, France Télévisions,  Canal +, New York Times, BBC… Il est désormais possible de devenir coach the Voice et  de regarder un match à  Roland Garros comme si on y était. Le journalisme immersif est par ailleurs de plus en plus développé. La BBC et New York Times misent notamment sur une nouvelle forme de pédagogie en offrant au public une autre vision du monde. Il vit le reportage plutôt que de l’observer passivement : il va à la recherche de l’information.

Le format s’adapte donc à tous les secteurs et permet d’impliquer véritablement le public dans son acte de consommation. Une pratique que devrait suivre bientôt les entreprises dans leur stratégie de communication. 

12 juin 2017   |    

Snapchat a la cote auprès des annonceurs

Application Social Media la plus téléchargée en 2017, Snapchat compte aujourd’hui plus de 150 millions d’utilisateurs dans le monde. Les annonceurs sont de plus en plus présents sur le réseau social. Pourquoi ?

Un moyen de toucher le public 18-25 ans

71% des utilisateurs ont moins de 25 ans. L’application permet donc de toucher un jeune public, qui ne consulte pas systématiquement les médias traditionnels.  Les marques font aussi appel à des personnalités adeptes de Snapchat et icônes des jeunes, pour placer leurs produits dans les vidéos.

Le filtre personnalisé est également un moyen ludique et divertissant de mettre en avant la marque sous les traits de la personnalité de l’enseigne, comme l’ont déjà fait par exemple Evian, Taco Bell ou Mcdo.

Jeep mise beaucoup sur l’application. Elle a notamment produit une publicité, diffusée uniquement sur Snapchat.  Le public de l’application n’entre pas dans sa cible phare. L’objectif est donc de tisser une relation avec ces jeunes adultes, de « créer une affinité qui pourrait un jour se transformer en un acte d’achat et une fidélisation ».

Un laboratoire pour tester de nouveaux formats 

Snapchat permet de  proposer en avant-première les coulisses des entreprises et leurs nouveaux produits dans des vidéos de dix secondes  Les marques travaillent ainsi sur leurs storytelling via des formats narratifs courts. L’image de la marque va se dessiner au fur et à mesure des stories. C’est un modèle de brand content à suivre.

Le public peut également interagir avec l’enseigne, via des messages privés, bien moins formels que sur les autres plateformes, occasion pour les marques de créer une certaine proximité et susciter l’intérêt. Les grandes chaînes de télévision permettent par exemple d’entrer en temps réel dans les événements convoités : Roland Garros, Le Tour de France, les Molières…

Un outil créatif 

Pour les organisations comme WWF, c’est un outil de sensibilisation. Elle a mené en 2014 une campagne « Don’t let this be my #LastSelfie »  illustrant des animaux en voie d’extinction. Le snap, qui disparait après dix secondes, est la représentation parfaite de cette menace.

De même pour Allianz qui a lancé une campagne de prévention inédite sur le réseau social, accompagné du média Melty : « 5 moyens de planquer les clés de voiture d’un proche qui a trop bu ». Le message est fort et impactant : « « Laisse tes snaps disparaître, pas tes proches ».

Pour expérimenter les filtres Snapchat, téléchargez vous aussi l’application!

8 juin 2017   |    

Apple se lance dans la télé-réalité

Mardi  6 juin, Apple a lancé le premier épisode de son télé-crochet Planet of the Apps. Un objectif : découvrir les développeurs de demain, ceux qui seront capables de révolutionner le marché de l’application. 

Le concept 

Un candidat sur la scène, quatre fauteuils face à lui, soixante secondes pour convaincre… Non, ce n’est pas la nouvelle saison de The Voice mais bien le premier épisode de Planet of the Apps.  Les développeurs doivent présenter leur projet et séduire les quatre jurés. Actrices, Jessica Alba est aussi fondatrice de la société The Honest Compagny, Gwyneth Paltrow, créatrice de mode pour sa marque Goop Label. Deux jurés masculins les accompagnent. Will I Am, connu du grand public pour sa carrière de musicien, est également directeur de la création d’Intel. Quant à Gary Vaynerchuk, c’est un entrepreneur mondialement connu du web pour ses investissements (Uber, Tumblr, Facebook..)  et son expertise du marketing numérique. Ils seront tous les quatre présents pour conseiller les candidats dans leur projet.

Si les candidats sont sélectionnés lors de cette première étape, les développeurs pourront poursuivre leur projet et réfléchir aux stratégies de financement et de marketing, épaulés par leur coach. Près de dix millions de dollars sont en jeu pour les finalistes.

Un nouvel outil  qui va révolutionner le monde de demain? 

En faisant appel à des personnalités connus du grand public et surtout des jeunes, la marque peut espérer attirer de nouveaux utilisateurs sur Apple Music, où l’émission est exclusivement diffusée. Le format, déjà exploité, fonctionne et permet l’interaction avec le public. Comme Google, Facebook et Amazon, Apple s’attaque donc à son tour à la diffusion de contenus audiovisuels. Apple Music pourrait se révéler être le média de demain…

Au delà d’être un outil de communication et de promotion, Apple met à son service les talents de son pays : des hommes et des femmes créatifs capables de réfléchir à des projets « qui vont dessiner le futur, résoudre de vrais problèmes et changer nos vies ». Will I Am le dit : « les développeurs d’applications sont les nouvelles rock stars ». Ces applications pourraient bien révolutionner notre quotidien et faire partie intégrante de l’écosystème d’Apple. Un moyen de devancer Android… 

30 mai 2017   |    

L’intemporel selon Lacoste

Lacoste a lancé son nouveau spot publicitaire « Timeless », court-métrage de 90 secondes réalisé par Seb Edwards et signé BETC.  Il sera déployé mondialement à la télévision, sur les supports digitaux et en affichage.

À la poursuite du temps…

Lacoste nous plonge dans une ambiance digne d’une comédie romantique, soulignant une élégance à la française qui défie le temps. La campagne propose un storytelling visuel, s’inscrivant dans la lignée du premier grand film de la marque The Big Leap, sorti en 2014 et réalisé par la même agence.

Un homme, une femme, une bousculade, des regards échangés et les dés sont jetés.  Le jeune homme, aux allures de René Lacoste, court de wagon en wagon au fil des années pour rattraper celle qu’il a laissé sur le quai de la gare.  Si le décor et le stylisme sont évolutifs, le polo reste identique, signe de son intemporalité.  La signature apparaît en fin de clip « Life is a beautiful sport since 1933», occasion de rappeler l’histoire de la marque.

Un air de déjà vu

Lacoste n’a pas lésiné sur les moyens : la production est soignée et sait nous convaincre. En trois jours, la publicité a  été visionnée près de 300 000 fois  sur YouTube: elle fonctionne aussi auprès du public.

Toutefois, Lacoste n’a pris aucun risque, en reprenant des motifs classiques : le grand amour, l’invitation au voyage, déjà exploités dans les publicités de Louis Vuitton ou  Chanel notamment.

24 octobre 2014   |    

Campagne Dr Martens

Gros coup de cœur pour cette campagne de Dr Martens

Pour celui qui est né dans les années 70, les souvenirs se vivent en couleurs délavées.
Nous savions alors que nous assistions à une rupture sans réaliser que c’était la fin de la lutte des classes.
Pendant que le monde ouvrier perdait la bataille sur l’autel du capitalisme, il la regagnait dans la rue à travers l’émergence d’une nouvelle culture. Ses représentants la révélèrent avec rage et fierté à travers son métissage, sa musique et ses tenues vestimentaires. Mods, ska, raggae, punk, skinhead, tous ces mouvements ont marqué de manière indélébile l’histoire. Le monde vivait à l’heure anglaise.
Avec une icône, la « doc », chaussure des ouvriers d’alors.
Et qui de mieux que Mike Skinner de « the streets » pour nous replonger dans cette époque à travers son flow « so rude », ininterrompu pendant 2 minutes 15. Avec ses images délavées.

Un superbe exemple de storytelling

20 octobre 2014   |    

Un stunt réussit pour The North Face

Un popup store « The North Face » en Corée du Sud, un plancher escamotable, un mur d’escalade et des clients challengés par les événements : voici les ingrédients d’un stunt efficace illustrant parfaitement la baseline de la marque : « Never Stop Exploring ».

La définition du Stunt Marketing : c’est par ici

 

 

17 octobre 2014   |    

Pub : la tendance « Behind the scene »

C’est désormais une figure imposée, les spots de pub sont accompagnés de leur « Behind the scene ». Un making of pour les curieux et surtout un moyen simple pour les marques, comme pour les agences de créer du brand content.

Du contenu essentiellement destiné au web.

Les réseaux sociaux, les channels Youtube : tout cela s’alimente et dans cette optique il faut produire toujours plus de contenu et profiter de chaque occasion pour le faire ! Le making of avec son coût de fabrication mesuré s’inscrit dans cette logique.

Mais la tendance ne s’arrête pas là, l’exemple de la dernière pub Toyota Corolla est frappant : le making off fait partie intégrante du scénario de la pub :

Cela n’empêche pas le constructeur de proposer également son « Behind the scene » :

Une stratégie adoptée par toute les marques ayant une forte présence digitale et de multiples canaux de diffusion.

14 octobre 2014   |    

Contenus B2B : La tendance 2015

Une étude fournie par « Uberflip », fournisseur de solutions « marketing content ». On retiendra :

  • Les entreprises sondées souhaitent augmenter leur production de contenus tout en exerçant un contrôle accru du ROI
  • Le plébiscite de LinkedIn avec 94% d’utilisateurs réguliers parmi les entreprises interrogées
  • L’objectif numéro 1 des marques qui produisent du contenu marketing : la notoriété

B2B Content Marketing Trends for 2015

This infographic was originally appeared on Uberflip.

29 octobre 2013   |    

La saga Uncle Drew by Pepsi Max – Episode 3

La saga « Uncle Drew » de Pepsi Max est déjà culte (on en parlait ici) ! Le troisième épisode repose sur la même idée que les précédents : le pivot NBA Kyrie Irving incarne « Uncle Drew », un vétéran qui cherche à reformer l’équipe de basket de sa jeunesse. Après Kevin Love dans l’épisode 2 c’est maintenant au tour de Nate Robinson (Denver) et de la joueuse WNBA Maya Moore (championne du Monde 2010 avec les USA) de le rejoindre. A eux trois ils vont mettre le feu au playground !

2 septembre 2013   |    

Dior transgresse les règles

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, l’homme dans la pub s’affirme aujourd’hui dans toute sa masculinité.
Et ce n’est pas Dior qui va nous contredire puisque la maison a fait appel à Romain Gavras, connu pour ses clips controversés.

Pour une maison de Haute Couture qui navigue dans un univers extrêmement policé et aseptisé, faire appel à un réalisateur de ce type, c’était franchir un pas, c’était s’affranchir des règles…. Comme le fait Robert Pattinson, l’égérie actuelle de la marque dans le film.

Loin des clichés actuels de l’homme tout puissant dont l’unique objectif est de séduire les femmes, le héros est habité par la passion et sa vie semble être une fuite en avant.
Il ne séduit pas par jeu ou par volonté de toute puissance, mais par volonté de vivre. Il ne brime pas, il partage et emmène sa campagne dans un tourbillon de vie mais semble esseulé dans sa quête.
Entre amour, jalousie et mort, on pourrait retrouver dans cette publicité un hommage à Pierrot le Fou, et à la place des protagonistes, Belmondo et Anna Karina.

Monté sur Led Zeppelin, Romain Gavras nous livre un hymne au rock n roll et Dior une jolie partition… Même si la transgression reste assez limité, Voir un homme fumé, mal rasé et habité dans un film d’une maison de haute couture, ça nous fait du bien… et ce film et les messages qu’ils véhiculent font résonnance à la campagne d’affichage shootée par Nan Goldin, dont les thèmes de prédilection sont la violence, la mort, la drogue…