29 juin 2017   |    

Anticiper les tendances 2017

Comme chaque année, Getty Images publie son étude sur les tendances visuelles du moment. En 2017, la vidéo gagne encore du terrain dans les stratégies de communication, permettant ainsi sa massification, sa popularisation. 22 milliards de vidéos sont en effet vues chaque jour, ce qui correspond à 74 % du trafic internet et à 20 minutes de lecture en moyenne pour chaque Français. Face à cet essor, quelles sont les cartes à jouer pour les entreprises ?

Getty Images en a discerné six :

  1. Le sans filtre : La communication se doit de produire du réalisme, non pas en vantant une image idéalisée mais en suivant le mouvement No Filter. Les gens veulent du vrai, du réel, et pas une réalité surfaite. Cette première tendance est le cœur des nouvelles stratégies de communication : il ne faut plus tricher, il faut être authentique, presque réel.
  2.  L’esthétique des couleurs : Dans cette droite lignée, les couleurs pastel semblent passées de mode, et les couleurs vives prennent leur place. Puisqu’il ne faut plus tricher, l’esthétique des couleurs prend le pas pour ne plus être délavées, filtrées, mais véritables. Les teintes audacieuses remplacent alors les tons neutres.
  3.  Le virtuel réel : Privilégiant encore plus l’expérience interactive et immersive, les entreprises adoptent le format vidéo 360°. Elles proposent alors une expérience identique au réel, et ceci se retrouve notamment dans les stratégies de refont des points de vente, sous deux aspects. D’un côté, en magasin, on vit maintenant une expérience connectée et directe, et de l’autre côté, de chez soi, l’internaute peut visualiser très précisément les différents aspects du magasin, comme s’il y était.
  4. La détermination féminine : L’image de la femme est transformée, améliorée, redorée. Cette tendance visuelle s’inscrit en corrélation avec un véritable mouvement de fond sociologique. En effet, les marques et entreprises ont maintenant intérêt à mettre en avant l’image d’une femme affirmée et combattante, pour contrebalancer les clichés, les stéréotypes, et les images sexistes qu’il était habituel de voir auparavant. La notion de genre n’est plus binaire, et ça fait du bien. La campagne réalisée par Kenzo illustre bien ce nouveau rôle fort de la femme
  5. Le voisinage planétaire : Il faut mettre en image le sentiment que nous nous connaissons tous, que nous nous ressemblons tous. Nous partageons des identités culturelles de manière collective, nous sommes une grande communauté. Ce en quoi nous croyons, ce à quoi nous ressemblons nous définit plus que là où nous nous trouvons. Les associations comme Médecin sans frontières surfent allègrement sur cette tendance visuelle
  6. La spontanéité ludique : Il ne faut pas se prendre au sérieux. Il faut utiliser des anti-héros, l’humour, sur fond de graphisme enfantin. L’approche naturelle et libre remplace alors une esthétique trop contrôlée. L’esthétique se rapproche maintenant de celle du documentaire, encore une fois pour se rapprocher au plus près du réel.

23 juin 2017   |    

Et si Internet prenait conscience de son individualité..

Moi Internet, prix des mots engagés dans la catégorie Education et Travail, est notre vidéo coup de cœur des Chatons d’Or. 

Se définissant lui-même comme « un objet audiovisuel original, à la frontière entre essai littéraire et expérimentation visuelle », ce film donne la parole à une toute nouvelle conscience : Internet. Expérience à la fois visuelle et spirituelle, ce court-métrage de six minutes nous a bluffé. Bravo à l’agence Tongs et Curiosité.

20 juin 2017   |    

Vers une démocratisation de la vidéo à 360°…

Longtemps réservées au secteur du gaming, les vidéos à 360° s’imposent aujourd’hui dans le domaine de l’information et de la communication. Elles permettent de créer un univers et de raconter une histoire, dans un format interactif et immersif. Les spectateurs ne sont plus passifs derrière un écran : ils deviennent acteurs.

En mars dernier, Samsung a diffusé son clip publicitaire pour le lancement de son nouveau casque Gear VR. La star principale ? Une autruche – qui vole-.  La publicité fait sourire mais le message est fort et impactant. « We make what can’t be made, so you can do what can’t be done ». La réalité virtuelle c’est aller au-delà du champ des possibles, réaliser l’exploit, vivre l’impensable. Les annonceurs se sont emparés de ce nouveau format pour engager le public et susciter l’émotion. Les vidéos à 360° offrent de nombreuses possibilités créatives. Elles peuvent être perçues comme un jeu, où le consommateur découvre au fur et à mesure les facettes de l’entreprise, ses produits ou ses services. La vidéo peut être en outre doublée d’une couche interactive, décuplant l’expérience à travers des contenus additionnels permettant de favoriser l’acte d’achat… Le ROI devient ainsi mesurable.

Découvrez les vidéos des marques…

Avec l’immersion à 360°,  Coca-Cola propose de visiter son usine, Audi ou  Mercedes de tester leurs véhicules, Ikea de concevoir sa cuisine idéale. Les marques jouent donc la carte de la transparence en fixant leurs univers et en revendiquant leurs valeurs. La réalité virtuelle offre également de nombreuses opportunités aux secteurs de l’immobilier et de l’hôtellerie (visites d’appartements Stéphane Plaza, immersion dans les complexes de vacances Club-Med, ascension du Mont Blanc, traversée en highline des sites naturels). C’est une bonne manière d’attirer de nouveaux clients ou de reconquérir les anciens. Toutes ces vidéos sont directement visionnables sur YouTube ou Facebook. Le port du casque VR est loin d’être obligatoire pour vivre l’expérience… 

Informer différemment…

La réalité virtuelle a également conquis les médias, en France comme à l’étranger : TF1, France Télévisions,  Canal +, New York Times, BBC… Il est désormais possible de devenir coach the Voice et  de regarder un match à  Roland Garros comme si on y était. Le journalisme immersif est par ailleurs de plus en plus développé. La BBC et New York Times misent notamment sur une nouvelle forme de pédagogie en offrant au public une autre vision du monde. Il vit le reportage plutôt que de l’observer passivement : il va à la recherche de l’information.

Le format s’adapte donc à tous les secteurs et permet d’impliquer véritablement le public dans son acte de consommation. Une pratique que devrait suivre bientôt les entreprises dans leur stratégie de communication. 

12 juin 2017   |    

Snapchat a la cote auprès des annonceurs

Application Social Media la plus téléchargée en 2017, Snapchat compte aujourd’hui plus de 150 millions d’utilisateurs dans le monde. Les annonceurs sont de plus en plus présents sur le réseau social. Pourquoi ?

Un moyen de toucher le public 18-25 ans

71% des utilisateurs ont moins de 25 ans. L’application permet donc de toucher un jeune public, qui ne consulte pas systématiquement les médias traditionnels.  Les marques font aussi appel à des personnalités adeptes de Snapchat et icônes des jeunes, pour placer leurs produits dans les vidéos.

Le filtre personnalisé est également un moyen ludique et divertissant de mettre en avant la marque sous les traits de la personnalité de l’enseigne, comme l’ont déjà fait par exemple Evian, Taco Bell ou Mcdo.

Jeep mise beaucoup sur l’application. Elle a notamment produit une publicité, diffusée uniquement sur Snapchat.  Le public de l’application n’entre pas dans sa cible phare. L’objectif est donc de tisser une relation avec ces jeunes adultes, de « créer une affinité qui pourrait un jour se transformer en un acte d’achat et une fidélisation ».

Un laboratoire pour tester de nouveaux formats 

Snapchat permet de  proposer en avant-première les coulisses des entreprises et leurs nouveaux produits dans des vidéos de dix secondes  Les marques travaillent ainsi sur leurs storytelling via des formats narratifs courts. L’image de la marque va se dessiner au fur et à mesure des stories. C’est un modèle de brand content à suivre.

Le public peut également interagir avec l’enseigne, via des messages privés, bien moins formels que sur les autres plateformes, occasion pour les marques de créer une certaine proximité et susciter l’intérêt. Les grandes chaînes de télévision permettent par exemple d’entrer en temps réel dans les événements convoités : Roland Garros, Le Tour de France, les Molières…

Un outil créatif 

Pour les organisations comme WWF, c’est un outil de sensibilisation. Elle a mené en 2014 une campagne « Don’t let this be my #LastSelfie »  illustrant des animaux en voie d’extinction. Le snap, qui disparait après dix secondes, est la représentation parfaite de cette menace.

De même pour Allianz qui a lancé une campagne de prévention inédite sur le réseau social, accompagné du média Melty : « 5 moyens de planquer les clés de voiture d’un proche qui a trop bu ». Le message est fort et impactant : « « Laisse tes snaps disparaître, pas tes proches ».

Pour expérimenter les filtres Snapchat, téléchargez vous aussi l’application!

8 juin 2017   |    

Apple se lance dans la télé-réalité

Mardi  6 juin, Apple a lancé le premier épisode de son télé-crochet Planet of the Apps. Un objectif : découvrir les développeurs de demain, ceux qui seront capables de révolutionner le marché de l’application. 

Le concept 

Un candidat sur la scène, quatre fauteuils face à lui, soixante secondes pour convaincre… Non, ce n’est pas la nouvelle saison de The Voice mais bien le premier épisode de Planet of the Apps.  Les développeurs doivent présenter leur projet et séduire les quatre jurés. Actrices, Jessica Alba est aussi fondatrice de la société The Honest Compagny, Gwyneth Paltrow, créatrice de mode pour sa marque Goop Label. Deux jurés masculins les accompagnent. Will I Am, connu du grand public pour sa carrière de musicien, est également directeur de la création d’Intel. Quant à Gary Vaynerchuk, c’est un entrepreneur mondialement connu du web pour ses investissements (Uber, Tumblr, Facebook..)  et son expertise du marketing numérique. Ils seront tous les quatre présents pour conseiller les candidats dans leur projet.

Si les candidats sont sélectionnés lors de cette première étape, les développeurs pourront poursuivre leur projet et réfléchir aux stratégies de financement et de marketing, épaulés par leur coach. Près de dix millions de dollars sont en jeu pour les finalistes.

Un nouvel outil  qui va révolutionner le monde de demain? 

En faisant appel à des personnalités connus du grand public et surtout des jeunes, la marque peut espérer attirer de nouveaux utilisateurs sur Apple Music, où l’émission est exclusivement diffusée. Le format, déjà exploité, fonctionne et permet l’interaction avec le public. Comme Google, Facebook et Amazon, Apple s’attaque donc à son tour à la diffusion de contenus audiovisuels. Apple Music pourrait se révéler être le média de demain…

Au delà d’être un outil de communication et de promotion, Apple met à son service les talents de son pays : des hommes et des femmes créatifs capables de réfléchir à des projets « qui vont dessiner le futur, résoudre de vrais problèmes et changer nos vies ». Will I Am le dit : « les développeurs d’applications sont les nouvelles rock stars ». Ces applications pourraient bien révolutionner notre quotidien et faire partie intégrante de l’écosystème d’Apple. Un moyen de devancer Android… 

2 juin 2017   |    

De l’art de la communication en politique

Justin Trudeau et Emmanuel Macron nous ont offert un beau moment de complicité lors du sommet G7 en Sicile. Les fleurs, la mer turquoise en arrière-plan, le soleil éclatant : tout un cadre bucolique et harmonieux.  

Crédits photos : Stéphane de Sakutin / AFP

Les points communs entre les deux hommes sont vite trouvés : ils sont jeunes, ils sont libéraux, ils sont progressistes. Ils souhaitent incarner le changement. « L’amitié franco-canadienne a un nouveau visage », la politique aussi, selon les dires d’Emmanuel Macron sur Twitter.

La rencontre a été diffusée en instantané sur les réseaux sociaux, terrain où les hommes politiques peuvent se mettre en scène et toucher un jeune public. Cela donne une illusion de présence, cela touche à l’imaginaire collectif. Les deux hommes politiques connaissent le poids du symbolique et du signifiant.

Justin Trudeau s’affiche régulièrement sur les réseaux sociaux, en compagnie de sa femme et de ses enfants, comme l’avait déjà fait auparavant Barack Obama, as du storytelling. Décontracté, dynamique, souriant, il se donne l’allure d’un homme proche du peuple, d’un « Mister cool » rassurant. Justin Trudeau met au cœur de son programme les problématiques économiques, sociales et environnementales, et il  ne manque pas de l’illustrer sur Instagram. Clichés avec des réfugiés syriens, avec des enfants canadiens et même avec un panda.

Crédits Photos : Justin Trudeau

Quant à Emmanuel Macron, ses faits et gestes ne sont pas choisis au hasard. Premier discours présidentiel au Louvre, lieu chargé d’émotion, poignée de main virile avec Trump, visite de Vladimir Poutine à Versailles, lieu de la grandeur royale par excellence, tout est calculé. Il utilise les mythes français, comme le fait également Vladimir Poutine avec l’imaginaire russe. Il diffuse régulièrement des clichés véhiculant ses exploits d’ex-officier du KGB. La photo où il chevauche un étalon sauvage en Sibérie a fait le tour du monde.

L’art du storytelling est donc rentré dans les mœurs des politiques. Une nouvelle tendance que pourrait suivre les chefs d’entreprise ?

21 octobre 2014   |    

Best Of Pub Octobre – 2014

Replay Jeans : Alessandra Ambrosio, des footballeurs du F.C. Barcelone & des jeans stretch.

Le fantasme de la piscine ou comment « vendre du rêve » :

* Evidemment il s’agit d’une société de crédits

 

C’est la reprise en NBA  !

David Beckham boit un verre entre amis en toute simplicité :

Radio Aalto: Let music do the talking

20 octobre 2014   |    

Un stunt réussit pour The North Face

Un popup store « The North Face » en Corée du Sud, un plancher escamotable, un mur d’escalade et des clients challengés par les événements : voici les ingrédients d’un stunt efficace illustrant parfaitement la baseline de la marque : « Never Stop Exploring ».

La définition du Stunt Marketing : c’est par ici

 

 

2 septembre 2013   |    

Dior transgresse les règles

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, l’homme dans la pub s’affirme aujourd’hui dans toute sa masculinité.
Et ce n’est pas Dior qui va nous contredire puisque la maison a fait appel à Romain Gavras, connu pour ses clips controversés.

Pour une maison de Haute Couture qui navigue dans un univers extrêmement policé et aseptisé, faire appel à un réalisateur de ce type, c’était franchir un pas, c’était s’affranchir des règles…. Comme le fait Robert Pattinson, l’égérie actuelle de la marque dans le film.

Loin des clichés actuels de l’homme tout puissant dont l’unique objectif est de séduire les femmes, le héros est habité par la passion et sa vie semble être une fuite en avant.
Il ne séduit pas par jeu ou par volonté de toute puissance, mais par volonté de vivre. Il ne brime pas, il partage et emmène sa campagne dans un tourbillon de vie mais semble esseulé dans sa quête.
Entre amour, jalousie et mort, on pourrait retrouver dans cette publicité un hommage à Pierrot le Fou, et à la place des protagonistes, Belmondo et Anna Karina.

Monté sur Led Zeppelin, Romain Gavras nous livre un hymne au rock n roll et Dior une jolie partition… Même si la transgression reste assez limité, Voir un homme fumé, mal rasé et habité dans un film d’une maison de haute couture, ça nous fait du bien… et ce film et les messages qu’ils véhiculent font résonnance à la campagne d’affichage shootée par Nan Goldin, dont les thèmes de prédilection sont la violence, la mort, la drogue…

26 août 2013   |    

Fini le cul, vive le nu

Afin d’exister dans la concurrence sans merci du marché de la musique, les artistes américains utilisent depuis longtemps toutes les armes du marketing.
Le clip a été longtemps un support privilégié. Mais les chaînes musicales ont aujourd’hui moins d’audience et elles ont délaissé les vidéoclips depuis l’explosion d’internet et de Youtube.
Les artistes pour émerger sur les plateformes vidéos avaient alors privilégié le dénudé, et ce n’est pas snoop dog qui nous démentira.

Manifestement cela ne suffit plus. Une étape a été franchie cet été avec le co-branding institutionnel ou comment donner une caution culturelle et artistique à son œuvre…
Prince avait initié ce mouvement déjà il y a quelques années au grand Palais mais la démarche n’est jamais allée aussi loin que les exemples ci-dessous.

Jay Z et sa performance au MOMA où il interprète pendant 6 heures d’affilée avec notamment la performeuse Marina Abramovic

Lady Gaga qui n’hésite pas à s’autoproclamer héritière de Warhol depuis plusieurs années (le clip téléphone ! ) qui sort bientôt son album Artpop, a tourné très récemment avec Robert Rodriguez, le réalisateur de Machete Kills en référence direct avec les séries Z des années 70, et enfin vient d’assurer le buzz en collaborant avec (encore elle…) Marina Abramovic

Kanye West qui puise son inspiration au Louvre et dans Le Corbusier pour écrire son dernier album, album qui est un virage dans l’œuvre de l’artiste et est considéré aujourd’hui comme un chef d’œuvre.

Il est certain que les artistes garderont leur ADN. Mais leurs oeuvres comprendront plusieurs niveaux de lecture, auront plusieurs strates en termes de communication. Pas d’inquiétude, Lady Gaga sera toujours à moitié nue dans ses clips. De sexy pour une certaine partie de la population, sa prestation sera de l’ordre de la performance pour d’autres. Voir à ce sujet les articles de presse sur le live de lady gaga pour son dernier titre Applause aux MTV Award’s – de provocatrice, elle est devenue une performeuse pour une partie de la presse. En clair, elle ne perd pas son public originel, elle en recrute d’autres.

Cette dernière tendance peut sembler rapidement tourner en bouche mais on ne peut qu’applaudir à ses artistes qui sont aussi de véritables génies du marketing (les inventeurs du co-branding content !) et savent détecter voire provoquer les tendances au bon moment. Et leurs choix sont aussi de véritables paris.

En tous cas, nous, on pense que Rihanna va se trouver une passion dans pas longtemps pour la Renaissance Italienne, niche peu exploitée encore… 🙂

A suivre comme on dit