26 juin 2017   |    

Comprendre la crise syrienne via le site Sarching for Syria, signé Google et l’UNHCR

« Six années de conflits ont fait des milliers de sans abri. Le monde entier cherche des réponses.  » Tel est le lancement du site Searching for Syria, créé par Google et l’UNHCR (The United Nations High Commissions for Refugees) en mai dernier. L’histoire syrienne se déploie au fur et à mesure des slides, au fur et à mesure des cinq problématiques abordées : Comment était la Syrie avant la guerre ? Que se passe t-il en Syrie ? Qu’est ce qu’un réfugié ? Où vont les réfugiés syriens ? Comment les aider  ? 

Une base de données certifiée

Searching for Syria est un site interactif et responsive, qui a pour objectif premier d’informer la population mondiale de l’état d’urgence dans lequel se trouve la Syrie. Si l’HCR vise à assurer la protection mondiale des réfugiés, Google permet l’organisation de l’information à l’échelle mondiale et la rend accessible grâce à ses plateformes (Recherche, Maps, YouTube, Chrome…). Via ses outils, l’histoire du pays est retracée.

En six ans de guerre, près de deux millions de Syriens ont été tués ou blessés, cinq millions ont quitté leur pays. Ces chiffres se mêlent aux images et aux témoignages. Nous pouvons notamment retrouver les tweets de Bana, 7 ans, qui ont fait le tour du monde. La petite fille fait entendre sa voix sur les réseaux sociaux, via des messages alarmants. Aujourd’hui réfugiée en Turquie, elle continue d’interpeller la population internationale. Le combat continue.


Afin de se rendre compte de la destruction du pays, des vidéos à 360 ont été tournées avant et après la guerre. Le centre culturel et artistique qu’incarnait la Syrie n’est plus qu’un amas de ruines.

Toutes ces informations ont été vérifiées et proviennent de sources sûres – l’Agence France Presse (AFP),Getty Images, The Guardian, Google Trends, l’UNESCO – s’ajoutant à celles de Google et de l’HCR.

Une volonté de contrer les idées reçues

« Le site Searching for Syria vise à mettre un terme aux mythes et idées préconçues sur la Syrie et les réfugiés, ainsi qu’à poser un regard neuf sur la pire tragédie humanitaire contemporaine », a déclaré Filippo Grandi, haut commissaire de l’HCR. Le site a pour vocation de sensibiliser le public et d’inciter à la mobilisation afin de combattre l’ignorance et les préjugés. Retour sur ces principales idées reçues :

« Les réfugiés arrivent tous en Europe ».  C’est faux. Selon l’HCR, 94% d’entre eux ont dû fuir dans les pays limitrophes. La Turquie et le Liban sont les deux pays les plus prisés. « Ils ne sont pas instruits ». 18% des immigrés syriens vivant aux Etats-Unis  possèdent un diplôme du supérieur contre 11% des Américains. Certains sont instituteurs ou développeurs, d’autres microbiologistes ou athlètes. Notons qu’Albert Einstein ou Sigmund Freud avait eux aussi trouvé exile. « Ce sont surtout des hommes ». Près de 75% des réfugiés enregistrés sont des femmes ou des enfants.
« Je ne peux rien faire » : Un simple partage sur les réseaux sociaux ou un don font la différence.

Découvrez à votre tour ce site très bien construit. 

 

18 mars 2013   |    

L’internet des objets explose bien en 2013

Entre l’Iwatch d’Apple, les google glasses, les google shoes, chaque jour annonce son lot d’innovations et prépare un monde qu’il y a 10 ans encore on supposait être d’anticipation.
Après le buzz des Google cars (pour rappel, ces voitures sans conducteurs ont parcouru 300 miles de manière autonome), le monde automobile se connecte et travaille sur les concepts de « smart cars ».
Même si les détails sont inconnus, Ferrari a officialisé un partenariat avec Apple. C’est d’ailleurs assez étonnant pour une marque privilégiant la performance et la virtuosité humaine… présageant certainement une tendance de fond.
Dernier exemple en date : Automatic, application qui assiste le conducteur (régulateurs de vitesse pour optimiser sa consommation, détection d’accidents, localisation GPS pour les services d’urgence etc).