15 juin 2017   |    

Les distributeurs de likes bientôt dans nos centres commerciaux ?

Les réseaux sociaux illustrent la culture du narcissisme et la course effrénée aux likes. Les connexions aux réseaux sociaux se multiplient quotidiennement, cachant un besoin compulsif de voir les retombées de ses publications. Et cela ne concerne pas que les adolescents, certaines personnalités publiques sont tout autant addicts. Photos légendées à coups de hashtags, surenchère du nombre de followers, commentaires percutants, tout est bon pour percer sur le web et se distinguer des autres.  À tel point que certains sont prêts à acheter leur aire d’influence… 

Un phénomène né avec l’émergence des réseaux sociaux

Le phénomène n’est pas nouveau. Les fermes à clics, ces usines qui produisent des faux comptes, font fureur depuis le déploiement des réseaux sociaux. Elles sont généralement localisées en Europe de l’est ou en Asie. Des vidéos circulent sur le web, pour montrer leur fonctionnement. Des milliers d’appareils sont reliés à quelques ordinateurs pilotés par des jeunes informaticiens diplômés chargés de liker et de commenter des pages à longueur de journée. Aujourd’hui, les réseaux sociaux tentent de contrer ce marché noir en multipliant les contrôles. C’est pour cela que les faux comptes paraissent de plus en plus authentiques: une identité virtuelle est véritablement créée. Nom, prénom, activités, photos, réseaux d’amis, le compte est banalisé et passe à la trappe.

La banalisation du marché

Les usines à clics ont longtemps été plébiscitées par les entreprises ou les personnalités publiques. Aujourd’hui, face à  un marché en plein essor, le centre commercial russe d’ Okhotny Riad a décidé d’aller encore plus loin…

Un distributeur automatique a été installé en plein magasin et vous permet d’acheter des likes sur Instagram, aussi facilement qu’une paire de chaussures.  Avec 50 roubles (78 centimes), récoltez 100 likes sur une de vos photos Instagram. Avec 100 roubles (1.57 euro), obtenez 100 abonnés supplémentaires. Mais ce n’est pas tout. Le journaliste russe Alexey Kovalev indique aussi qu’avec 850 dollars, il est possible de vous offrir 150 000 followers, qui vous rapporteront en moyenne 1500 likes sur chaque post Instagram.

La compagnie Snaptap a affirmé à Motherboard, qu’il existait des machines identiques en Russie mais aussi en Allemagne, Pologne et République-Tchèque. Aucune information concernant la France n’a encore été indiquée.

Mais nous ne vous cachons pas que cela risque d’être suspect. Donald Trump compte 50% de robots parmi ses 31 millions de followers. Quant aux stars internationales comme Justin Bieber, Kim Kardashian ou Beyoncé, ils ont perdu bon nombre d’abonnés lorsqu’Instagram a fait la chasse aux faux comptes. Toutes ces personnalités vous le confirmeront donc : monnayer sa réputation et son aire d’influence passe rarement inaperçu..

(Nouveau Western est sur FacebookLinkedIn et Twitter…)

12 juin 2017   |    

Snapchat a la cote auprès des annonceurs

Application Social Media la plus téléchargée en 2017, Snapchat compte aujourd’hui plus de 150 millions d’utilisateurs dans le monde. Les annonceurs sont de plus en plus présents sur le réseau social. Pourquoi ?

Un moyen de toucher le public 18-25 ans

71% des utilisateurs ont moins de 25 ans. L’application permet donc de toucher un jeune public, qui ne consulte pas systématiquement les médias traditionnels.  Les marques font aussi appel à des personnalités adeptes de Snapchat et icônes des jeunes, pour placer leurs produits dans les vidéos.

Le filtre personnalisé est également un moyen ludique et divertissant de mettre en avant la marque sous les traits de la personnalité de l’enseigne, comme l’ont déjà fait par exemple Evian, Taco Bell ou Mcdo.

Jeep mise beaucoup sur l’application. Elle a notamment produit une publicité, diffusée uniquement sur Snapchat.  Le public de l’application n’entre pas dans sa cible phare. L’objectif est donc de tisser une relation avec ces jeunes adultes, de « créer une affinité qui pourrait un jour se transformer en un acte d’achat et une fidélisation ».

Un laboratoire pour tester de nouveaux formats 

Snapchat permet de  proposer en avant-première les coulisses des entreprises et leurs nouveaux produits dans des vidéos de dix secondes  Les marques travaillent ainsi sur leurs storytelling via des formats narratifs courts. L’image de la marque va se dessiner au fur et à mesure des stories. C’est un modèle de brand content à suivre.

Le public peut également interagir avec l’enseigne, via des messages privés, bien moins formels que sur les autres plateformes, occasion pour les marques de créer une certaine proximité et susciter l’intérêt. Les grandes chaînes de télévision permettent par exemple d’entrer en temps réel dans les événements convoités : Roland Garros, Le Tour de France, les Molières…

Un outil créatif 

Pour les organisations comme WWF, c’est un outil de sensibilisation. Elle a mené en 2014 une campagne « Don’t let this be my #LastSelfie »  illustrant des animaux en voie d’extinction. Le snap, qui disparait après dix secondes, est la représentation parfaite de cette menace.

De même pour Allianz qui a lancé une campagne de prévention inédite sur le réseau social, accompagné du média Melty : « 5 moyens de planquer les clés de voiture d’un proche qui a trop bu ». Le message est fort et impactant : « « Laisse tes snaps disparaître, pas tes proches ».

Pour expérimenter les filtres Snapchat, téléchargez vous aussi l’application!

2 juin 2017   |    

De l’art de la communication en politique

Justin Trudeau et Emmanuel Macron nous ont offert un beau moment de complicité lors du sommet G7 en Sicile. Les fleurs, la mer turquoise en arrière-plan, le soleil éclatant : tout un cadre bucolique et harmonieux.  

Crédits photos : Stéphane de Sakutin / AFP

Les points communs entre les deux hommes sont vite trouvés : ils sont jeunes, ils sont libéraux, ils sont progressistes. Ils souhaitent incarner le changement. « L’amitié franco-canadienne a un nouveau visage », la politique aussi, selon les dires d’Emmanuel Macron sur Twitter.

La rencontre a été diffusée en instantané sur les réseaux sociaux, terrain où les hommes politiques peuvent se mettre en scène et toucher un jeune public. Cela donne une illusion de présence, cela touche à l’imaginaire collectif. Les deux hommes politiques connaissent le poids du symbolique et du signifiant.

Justin Trudeau s’affiche régulièrement sur les réseaux sociaux, en compagnie de sa femme et de ses enfants, comme l’avait déjà fait auparavant Barack Obama, as du storytelling. Décontracté, dynamique, souriant, il se donne l’allure d’un homme proche du peuple, d’un « Mister cool » rassurant. Justin Trudeau met au cœur de son programme les problématiques économiques, sociales et environnementales, et il  ne manque pas de l’illustrer sur Instagram. Clichés avec des réfugiés syriens, avec des enfants canadiens et même avec un panda.

Crédits Photos : Justin Trudeau

Quant à Emmanuel Macron, ses faits et gestes ne sont pas choisis au hasard. Premier discours présidentiel au Louvre, lieu chargé d’émotion, poignée de main virile avec Trump, visite de Vladimir Poutine à Versailles, lieu de la grandeur royale par excellence, tout est calculé. Il utilise les mythes français, comme le fait également Vladimir Poutine avec l’imaginaire russe. Il diffuse régulièrement des clichés véhiculant ses exploits d’ex-officier du KGB. La photo où il chevauche un étalon sauvage en Sibérie a fait le tour du monde.

L’art du storytelling est donc rentré dans les mœurs des politiques. Une nouvelle tendance que pourrait suivre les chefs d’entreprise ?

14 octobre 2014   |    

Contenus B2B : La tendance 2015

Une étude fournie par « Uberflip », fournisseur de solutions « marketing content ». On retiendra :

  • Les entreprises sondées souhaitent augmenter leur production de contenus tout en exerçant un contrôle accru du ROI
  • Le plébiscite de LinkedIn avec 94% d’utilisateurs réguliers parmi les entreprises interrogées
  • L’objectif numéro 1 des marques qui produisent du contenu marketing : la notoriété

B2B Content Marketing Trends for 2015

This infographic was originally appeared on Uberflip.

14 juin 2013   |    

La stratégie Web Social

Les 2 questions fondamentales qui doivent être posées en amont de toute réfléxion concernant une stratégie sur les médias sociaux sont :

  1. QUELS SONT LES OBJECTIFS A ATTEINDRE ?
  2. QUELS SONT LES MEDIAS REPONDANT LE MIEUX AUX OBJECTIFS ?

Voici une belle infographie proposée par infographics.sg sur les médias sociaux pour nous aider à cerner les différences entres les médias sociaux (typologie des contenus, de l’audience, etc.) et qui répond donc en partie à nos 2 questions.

Quel-social-media-utiliser-comment--F

 

3 juin 2013   |    

De l’intérêt du teaser

Berocca à travers son produit BeroccaBoost a conçu une opération de communication il y a 2 semaines à destination des jeunes.
L’opération principalement relayée via les réseaux sociaux et le site internet consistait à aider Romain qui avait un peu trop abusé de substances la nuit précédente (uniquement alcoolisées on imagine…:) ) et avait une présentation très importante dans son entreprise, ceci à travers un live interactif. Le live était assuré par des acteurs spécialistes de l’improvisation.
Les internautes avaient la main sur le scénario et pouvait proposer des situations à Romain. Une opération a priori bien pensée.

Capture

Mais… car il y a un mais, autant les teasers ont bien marché (environ 1 millions de vues) autant on peut penser que le live a fait un flop (nous n’avons pas les chiffres mais les vidéos replay avoisinent les 300 vues).
Plusieurs enseignements
La télé-réalité jouée par des acteurs n’a que peu d’intérêt car le scénario devient trop lisible et le jeu manque par défaut de réalisme.
Il y a longtemps que les chaînes proposant des émissions de télé-réalité ont abandonné les tunnels de diffusion de 5 heures et préfèrent les formats montés pour en tirer la substantifique moelle c’est-à-dire les morceaux croustillants.
Bref, l’engagement n’a pas été au rendez-vous
Mais ça serait trop sévère de parler d’échec car sur l’aspect teasing, l’opération a été un véritable succès. D’où l’importance d’en prévoir et d’asseoir des plans de com sur ce type de format (très court, punchy et réalisé) adapté au média internet.

5 mars 2013   |    

Facebook ringard ?

Article sur l’avenir de Facebook au regard de l’utilisation des jeunes.
L’innovation à outrance rend elle l’application « trop » complexe ? Sachant que des nouveaux réseaux apparaissent, plus simples, plus modernes, plus ludiques, plus « cool »…
La course à la nouveauté fait-il que Facebook est déjà trop datée ?
Les inquiétudes sont présentes au sein du board de la marque.
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/03/04/alerte-au-cool-chez-facebook_1842287_651865.html

28 février 2013   |    

Etude Ipsos : Engagement avec les marques

28/02/2013 34% des fans restent d’autant plus connectés à leurs marques que celles-ci fournissent un Brand Content de qualité sur les réseaux sociaux. Un tiers des socionautes de la planète, qui suivent des marques sur les réseaux sociaux, déclare qu’ils le font d’autant plus, si celles-ci proposent un contenu fun et intéressant. Ce constat est particulièrement vrai chez les plus jeunes (39% auprès des moins de 35 ans) et chez les femmes (37% vs 32% chez les hommes).
Le résumé est ici : http://bit.ly/13pqX3M