12 juin 2017   |    

Snapchat a la cote auprès des annonceurs

Application Social Media la plus téléchargée en 2017, Snapchat compte aujourd’hui plus de 150 millions d’utilisateurs dans le monde. Les annonceurs sont de plus en plus présents sur le réseau social. Pourquoi ?

Un moyen de toucher le public 18-25 ans

71% des utilisateurs ont moins de 25 ans. L’application permet donc de toucher un jeune public, qui ne consulte pas systématiquement les médias traditionnels.  Les marques font aussi appel à des personnalités adeptes de Snapchat et icônes des jeunes, pour placer leurs produits dans les vidéos.

Le filtre personnalisé est également un moyen ludique et divertissant de mettre en avant la marque sous les traits de la personnalité de l’enseigne, comme l’ont déjà fait par exemple Evian, Taco Bell ou Mcdo.

Jeep mise beaucoup sur l’application. Elle a notamment produit une publicité, diffusée uniquement sur Snapchat.  Le public de l’application n’entre pas dans sa cible phare. L’objectif est donc de tisser une relation avec ces jeunes adultes, de « créer une affinité qui pourrait un jour se transformer en un acte d’achat et une fidélisation ».

Un laboratoire pour tester de nouveaux formats 

Snapchat permet de  proposer en avant-première les coulisses des entreprises et leurs nouveaux produits dans des vidéos de dix secondes  Les marques travaillent ainsi sur leurs storytelling via des formats narratifs courts. L’image de la marque va se dessiner au fur et à mesure des stories. C’est un modèle de brand content à suivre.

Le public peut également interagir avec l’enseigne, via des messages privés, bien moins formels que sur les autres plateformes, occasion pour les marques de créer une certaine proximité et susciter l’intérêt. Les grandes chaînes de télévision permettent par exemple d’entrer en temps réel dans les événements convoités : Roland Garros, Le Tour de France, les Molières…

Un outil créatif 

Pour les organisations comme WWF, c’est un outil de sensibilisation. Elle a mené en 2014 une campagne « Don’t let this be my #LastSelfie »  illustrant des animaux en voie d’extinction. Le snap, qui disparait après dix secondes, est la représentation parfaite de cette menace.

De même pour Allianz qui a lancé une campagne de prévention inédite sur le réseau social, accompagné du média Melty : « 5 moyens de planquer les clés de voiture d’un proche qui a trop bu ». Le message est fort et impactant : « « Laisse tes snaps disparaître, pas tes proches ».

Pour expérimenter les filtres Snapchat, téléchargez vous aussi l’application!

2 juin 2017   |    

De l’art de la communication en politique

Justin Trudeau et Emmanuel Macron nous ont offert un beau moment de complicité lors du sommet G7 en Sicile. Les fleurs, la mer turquoise en arrière-plan, le soleil éclatant : tout un cadre bucolique et harmonieux.  

Crédits photos : Stéphane de Sakutin / AFP

Les points communs entre les deux hommes sont vite trouvés : ils sont jeunes, ils sont libéraux, ils sont progressistes. Ils souhaitent incarner le changement. « L’amitié franco-canadienne a un nouveau visage », la politique aussi, selon les dires d’Emmanuel Macron sur Twitter.

La rencontre a été diffusée en instantané sur les réseaux sociaux, terrain où les hommes politiques peuvent se mettre en scène et toucher un jeune public. Cela donne une illusion de présence, cela touche à l’imaginaire collectif. Les deux hommes politiques connaissent le poids du symbolique et du signifiant.

Justin Trudeau s’affiche régulièrement sur les réseaux sociaux, en compagnie de sa femme et de ses enfants, comme l’avait déjà fait auparavant Barack Obama, as du storytelling. Décontracté, dynamique, souriant, il se donne l’allure d’un homme proche du peuple, d’un « Mister cool » rassurant. Justin Trudeau met au cœur de son programme les problématiques économiques, sociales et environnementales, et il  ne manque pas de l’illustrer sur Instagram. Clichés avec des réfugiés syriens, avec des enfants canadiens et même avec un panda.

Crédits Photos : Justin Trudeau

Quant à Emmanuel Macron, ses faits et gestes ne sont pas choisis au hasard. Premier discours présidentiel au Louvre, lieu chargé d’émotion, poignée de main virile avec Trump, visite de Vladimir Poutine à Versailles, lieu de la grandeur royale par excellence, tout est calculé. Il utilise les mythes français, comme le fait également Vladimir Poutine avec l’imaginaire russe. Il diffuse régulièrement des clichés véhiculant ses exploits d’ex-officier du KGB. La photo où il chevauche un étalon sauvage en Sibérie a fait le tour du monde.

L’art du storytelling est donc rentré dans les mœurs des politiques. Une nouvelle tendance que pourrait suivre les chefs d’entreprise ?

30 mai 2017   |    

L’intemporel selon Lacoste

Lacoste a lancé son nouveau spot publicitaire « Timeless », court-métrage de 90 secondes réalisé par Seb Edwards et signé BETC.  Il sera déployé mondialement à la télévision, sur les supports digitaux et en affichage.

À la poursuite du temps…

Lacoste nous plonge dans une ambiance digne d’une comédie romantique, soulignant une élégance à la française qui défie le temps. La campagne propose un storytelling visuel, s’inscrivant dans la lignée du premier grand film de la marque The Big Leap, sorti en 2014 et réalisé par la même agence.

Un homme, une femme, une bousculade, des regards échangés et les dés sont jetés.  Le jeune homme, aux allures de René Lacoste, court de wagon en wagon au fil des années pour rattraper celle qu’il a laissé sur le quai de la gare.  Si le décor et le stylisme sont évolutifs, le polo reste identique, signe de son intemporalité.  La signature apparaît en fin de clip « Life is a beautiful sport since 1933», occasion de rappeler l’histoire de la marque.

Un air de déjà vu

Lacoste n’a pas lésiné sur les moyens : la production est soignée et sait nous convaincre. En trois jours, la publicité a  été visionnée près de 300 000 fois  sur YouTube: elle fonctionne aussi auprès du public.

Toutefois, Lacoste n’a pris aucun risque, en reprenant des motifs classiques : le grand amour, l’invitation au voyage, déjà exploités dans les publicités de Louis Vuitton ou  Chanel notamment.

24 octobre 2014   |    

Campagne Dr Martens

Gros coup de cœur pour cette campagne de Dr Martens

Pour celui qui est né dans les années 70, les souvenirs se vivent en couleurs délavées.
Nous savions alors que nous assistions à une rupture sans réaliser que c’était la fin de la lutte des classes.
Pendant que le monde ouvrier perdait la bataille sur l’autel du capitalisme, il la regagnait dans la rue à travers l’émergence d’une nouvelle culture. Ses représentants la révélèrent avec rage et fierté à travers son métissage, sa musique et ses tenues vestimentaires. Mods, ska, raggae, punk, skinhead, tous ces mouvements ont marqué de manière indélébile l’histoire. Le monde vivait à l’heure anglaise.
Avec une icône, la « doc », chaussure des ouvriers d’alors.
Et qui de mieux que Mike Skinner de « the streets » pour nous replonger dans cette époque à travers son flow « so rude », ininterrompu pendant 2 minutes 15. Avec ses images délavées.

Un superbe exemple de storytelling

27 février 2013   |    

Storytelling : ça y est Redbull s’est trouvé son héraut…

Redbull s’affranchit des codes du Brand Content et passe au storytelling. La marque prend de la hauteur et inscrit son histoire dans notre mémoire collective.

Red Bull ancre son territoire de marque dans les grandes épopées spatiales avec Felix Baumgartner. Son message est clair, la marque devient l’équivalent de la NASA et a trouvé son héros. Tous les ingrédients d’un bon film sont réunis
Une très belle réalisation web (un Onepage), des codes graphiques vintage, des accroches fortes, des contenus percutants.

http://givesyouwings.redbull.com/fr-fr/journey/born-to-fly

 
Capture

22 janvier 2013   |    

Jouer la connivence en se détournant du produit

Certaines marques se permettent de détourner notre attention de leurs produits. On nous raconte une histoire en faisant allusion (plus ou moins fortement) au produit.

On nous propose une expérience décalée autour de la marque. L’annonceur crée la connivence avec le spectateur, il le flatte en lui proposant un contenu drôle et/ou décalé ce qui induit le fait qu’on considère qu’il est assez malin pour saisir ce concept. Bref, on est loin de la pub Juvamine….

 

Jack Daniel

Nissan Patrol

Stella Artois

Samsung

Bonus Juvamine :

10 janvier 2013   |    

Des publicités « Meetic » tournées par une équipe spécialiste du documentaire

Les dernières publicités Meetic tournées par une équipe documentaire.
Le making off raconte l’histoire de ces pub qui sont elles même en mode « storytelling »